Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vivre en Guinée, le problème est sa solution

Vivre en Guinée, le problème est sa solution

Informations et guide sur la guinée pour faciliter votre vie dans cette magnifique mosaïque de cultures. Il vous permettra de comprendre les apparents clivages dans la société guinéenne et de vous y adapter, tout en en tirant le plus de profit pour votre intégration et votre épanouissement dans le pays.


NYAKAFOTHIE-GUINEE: DES ASSURANCES QUI NE RASSURENT PAS!

Publié par DOCALSO sur 6 Septembre 2017, 14:10pm

Catégories : #Abération, #Education, #Information, #Satyre

Pathétique assurance, pas rassurant !

     Allons Houston! Ici un dossier plus que pitoyable qui se rapporte à un Assureur nyakafothien dont nous taisons le nom pour le moment ; mais pas pour très longtemps. Oui, pas pour très longtemps, car notre sensibilité nous empêche de cautionner l’enrichissement d’une personne déjà aisée, au détriment de la morale sociale. Voici l’histoire qui se cache derrière le dossier de sinistre numéro : 13310100194  du 21 novembre 2013, impliquant une voiture Toyota-RAV4 immatriculé RC-0627Y et dont l’assurance avait effet du 19-08-2013 au 18-08-2014 :

     Le 14 novembre 2013, un homme de métier de condition banale sort chercher la popote  pour sa famille d’une épouse et de 4 enfants. Notre monsieur a une chance ce jour-là. En 2 heures il réussit à avoir l’équivalent de la dépense familiale de 5 jours. Waou ! il faut qu’il parte au plus vite remettre l’argent  à sa femme qui, de son côté, se démêle par la vente de menus condiments au marché d’un quartier rocailleux des banlieues de Nyakry la capitale. Après sa mission, notre homme reviendrait sur ses pas, continuer l’exécution du contrat de travail pour lequel il avait reçu l’avance sur paiement ; il loue donc les services d’un taxi-moto. Dans les rocailles du quartier on ne croirait pas risquer un accident mortel tant les « tangages » obligent au ralentir et à des déviations. C’est pourtant en un des endroits les plus caillouteux et légèrement ascendants du parcours qu’une voiture jeep de marque Toyota-RAV4 immatriculé RC-0627Y va percuter  la moto projetant le pilote plus en avant, avant de rouler sur le passager. L’homme se débat et tente de s’extraire de dessous la voiture, mais hélas ! Pour une raison qu’on ne peut élucider qu’avec l’explication du conducteur aujourd’hui invisible, la voiture stoppe, puis redescend à en arrière pour croiser une seconde fois la hanche de sa victime déjà meurtrie. Catastrophe ! Notre pauvre homme mourra des ses blessures une semaine plus tard, après une lourde chirurgie à l’hôpital sino-guinéen de Kipé-Conakry.

Ecoutez bien ! La voiture assassine était assurée, mais là n’est pas le problème. A défaut de la réconforter, l’Assureur était-il à mesure de rassurer la pauvre veuve ? Son mari n’avait pas un revenu officiel déclarable, ses proches chargés de suivre son dossier n’avaient pas non plus une conscience disposée au jeu de monter un faux dossier qui trompe et vole les Assureurs , et les enfants mineurs (deux au lycées, une au collège et la dernière au primaire) avaient besoin du soutien habituellement assuré par le père qui, malgré l’absence d’un revenu officiel, arrivait à nourrir et à payer l’écolage de ses enfants, tous dans des écoles privées. Piètre heureusement que le législateur a prévu un moyen arbitraire de palier au fait de ne pouvoir déterminer un revenu exact de quelqu’un qui vit d’un travail trop informel. Il a fixé un SMIG (Salaire minimum interprofessionnel garanti) qui est le minimum de salaire mensuel que l’on puisse proposer en guinée ; et il est de 440.000 GNF (Décret : D/2013/082/PRG/SGG du 29 avril 2013). Vraiment dérisoire pour la charge du défunt, n’est-ce pas ? Mais c’est normalement cette somme qui doit être utilisée dans une formule spéciale en assurance, pour évaluer l’indemnisation de la famille éplorée. Les personnes averties dans le domaine peuvent vous dire combien à peu-près cela ferait. Dans le cas de notre homme, on espérait autour de la centaine de million de francs guinéens, en tenant compte du parent  et des 7 frères vivants à l’époque de l’accident.

    A la honte ! Oui à l’inconscience ! Au comble de cruauté ! La Compagnie d’assurance a sa formule à elle. Elle ne propose que 7000.000 GNF (à peine 700 euros environ) dont elle n’a même pas encore versé un sou en ce jour. Les dirigeants engagent d’ailleurs toutes les autres sociétés d’assurance du pays en prétendant qu’elles ont toutes le même mode de calcul d’indemnité ; ce qui serait une véritable mafia organisé au détriment des guinéens. A bien calculer les choses, on se rend à l’évidence qu’une vieille voiture  pourrissante  coûte plus chère à cette compagnie d’assurance que la vie d’un père de famille consciencieux, combatif et l’avenir de ses 4 enfants réunis. Et son PDG, un argentier d’apparence respectable mais plutôt manipulateur et imbus, se défend en disant « l’Assurance est une providence, les gens ne paient que 400 000 GNF à 800 000GNF, après c’est pour toucher des indemnisations colossales » ; quand on lui fait un peu plus pression par des détails logiques, il réplique : « De toutes les façons, ce n’est pas moi qui ai tué votre frère ; oui en tout cas ce n’est pas moi qui l’ai tué…vous pouvez aller vous plaindre où vous voulez. Allez à la justice ! ». Il veut ouvrir la route vers un lieu où le dossier irait  dormir sous la piles de ses semblables, ô combien nombreux, qui l’y ont précédé, car c’est ça leur tactique. On vous remet à une justice qui va  vous immobiliser. Plus question de revenir les voir, plus d’autre recours.  Ce gros monsieur de PDG sait-il seulement qu’en instituant une compagnie d’Assurance, il se tient en lieu et place des responsables d’accidents assurés chez lui ? Sait-il aussi que c’est par sa faute que les parents des victimes n’ont plus le droit de poursuivre les responsables directs ? Enfin, sait-il qu'un service d'assurance est une mutuelle et que l'Institution qui prétend le gérer est en obligation de démontrer ses compétences à travers le respect de ses engagements à apaiser la peines des éventuelles victimes de sinistres?

     Pour l’instant, il y a maintenant quatre longues années que la pauvre veuve pleure de toutes ses larmes. Pendant ce temps monsieur le PDG de la compagnie d’Assurance a passé le brassard de chef à son adjoint d’antan et  continue son inexorable ascension dans la société nyakafothienne, pour réaliser toujours plus de profits matériels, au  prix de jambe et de la vie de pitoyables orphelins.

    Chers frères et sœurs de guinée, chers autres lecteurs ; nous sommes le dernier espoir de cette veuve qui veut être secourue. Elle n’en peut plus. Elle a insisté qu’on taise d’abord les noms de l’Assureur et de son dirigeant d’alors, qui sont visiblement trop puissants pour qu'elle ose leur livrer bataille ouverte. Mais elle vous supplie expressément de compatir à sa douleur en partageant le plus possible cet article ; pour que ces malfrats se reconnaissent et en vienne à l’appeler pour traiter le problème au plus vite. L’avenir de ses enfants est en jeu. Tous ensembles aidons-la. Nous vous exhortons à partager l’article mais aussi à donner votre avis, en commentaire, quant au fait de dévoiler les identités tues.

Partagez, partagez, partagez !

    Vous, étrangers, aidez-nous à survivre de nos propres Institutions. Nous avons l'impression qu'elles existent pour notre malheur. Quand vous y investissez, ne vous limitez pas à ce que ses administrateurs locaux vous en disent. Demandez au bas-bénéficiaires potentiels; à moins que vous ne soyez venus profiter de notre infortune et de  l'aubaine d'impunité en nyakafothie-guinée

cliquez ici pour voir que la guinée reste un paradis d'investissement quand on sait s'y prendre.

''Ici, il y a aussi vous qui aimez la vérité... La vérité bien ordonnée commence par celle qui oblige son porteur''

Restez servis!

-DOCALSO-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents